Au cœur du blues de Memphis sur Beale Street

Pour les amateurs de blues, Beale Street est la rue la plus importante des Etats Unis ! Les experts estiment en effet que ce courant musical (dont les racines remontent à l’héritage musical africain des esclaves amenés aux États-Unis) est née ici. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il continue à attirer les foules. Petite visite guidée de cette rue mythique de Memphis.

Beale street a été créée en 1841 au cœur d’un quartier florissant, à majorité peuplé par des populations afro-américaines. A l’époque, la rue abritait de nombreux commerces, clubs, restaurants et boutiques appartenant à des Noirs et on y trouvait même le siège du journal anti-ségrégationniste « Free Speech ».

Dans la première moitié du 20e siècle, Beale Street a servi d’inspiration à de nombreux succès du blues et à des musiciens tels que W.C. Handy, qui a écrit « Beale Street Blues ». Des années 1920 aux années 1940, des artistes tels que Muddy Waters, Louis Armstrong et B.B. King y ont joué et ont permis de faire naître le légendaire blues de Memphis. Pendant le mouvement pour les droits civiques, c’est également ici que les Afro-Américains venaient se divertir, se faire plaisir, faire du shopping et protester. Lorsque les travailleurs des services sanitaires de la ville ont décidé de faire grève en réaction aux conditions de travail déplorables, ils ont défilé dans Beale Street et Martin Luther King est venu à Memphis pour les soutenir. Avec le recul, les historiens estiment que ce sont ces manifestations qui ont été précurseurs de son assassinat le 4 avril 1968.

Le berceau du blues de Memphis

Bien que certaines parties du centre-ville de Memphis aient été abandonnées au profit de la banlieue depuis les années 1960, Beale Street continue d’attirer les fans de blues et de jazz, et de nombreuses boîtes de nuit et clubs bordent toujours les pâtés de maisons entre la 2nd street et la 4th street. L’Orpheum Theatre, autrefois un palais du vaudeville, est aujourd’hui la salle de spectacles pour les shows de Broadway en tournée et le New Daisy Theatre est l’une des scènes les plus dynamiques de la ville, qui propose des concerts de groupes prometteurs et d’artistes autrefois célèbres.

Des repères historiques placés en haut et en bas de la rue racontent le passé coloré du quartier, et deux statues commémorent les deux musiciens les plus importants de la ville : W. C. Handy et Elvis Presley (si vous n’en avez pas eu assez de Graceland). Outre les nombreux clubs proposant des concerts en soirée (dont le B.B. King’s Blues Club), il y a aussi un petit musée souvent négligé, le W.C. Handy House, et quantité d’activités à faire dans la rue.

Découvrez de nouveaux talents au B.B. King’s Blues Club

Dès que les dernières lueurs du jour quittent Memphis, la population et les touristes se dirigent vers Beale Street pour y passer un moment entre amis, boire un verre et découvrir de nouveaux artistes locaux. Avant de rentrer dans un des nombreux clubs de la ville, faites un tour dans les magasins de la rue : vous y trouverez sans doute quelques pépites musicales, des reliques, des souvenirs (mais aussi beaucoup de cochonneries). Après ça, laissez-vous guider par votre instinct. Il y a tellement de clubs, de concerts et d’animations qu’il est compliqué de savoir exactement où entrer. Tendez l’oreille et rentrez là où la musique vous inspire. C’est à mon sens la meilleure façon de faire de belles découvertes ! 

Pour ma part, j’ai choisi (au hasard) le Blues City Café sur la foi d’un panneau qui annonçait un concert de Blind Mississippi Morris ! Et je n’ai pas été déçu… J’ai assisté à un vrai concert de blues à l’américaine avec un public chaud comme la braise et une prestation pleine d’énergie de ce blues-man aveugle. De la bière, des guitares, un harmonica et une place aux premières loges pour un moment oubliable ! 1h30 de pure plaisir et de blues à la sauce Memphis.

Une fois la nuit tombée, la rue est beaucoup plus peuplée et la fête commence réellement : tout le monde à un verre à la main et assiste ici et là à des concerts de rue (la rue est piétonne), des spectacles, des acrobaties de jeunes qui mettent l’ambiance.. Il règne une ambiance très festive et on a envie de faire la fête jusqu’au bout de la nuit. La sécurité est plutôt bonne avec des voitures de police à tous les coins de rue et des patrouilles qui font leurs rondes pour éviter que les esprits ne s’échauffent. On ressort de la rue en direction du centre ville (environ 20 minutes), la tête encore pleine de sonorités blues et jazzy, avec l’impression d’avoir croqué un vrai morceau de l’Amérique afro-américaine. Une expérience que je vous recommande très chaudement !