Guide de voyage de la Martinique

Bienvenue en France ! Aussi étrange que cela puisse paraître, poser le pied sur l’île de la Martinique signifie que vous restez en France et que vous visitez un coin éloigné de l’Union européenne, où la monnaie locale reste l’euro.

Même si elle n’en a pas l’air, cette île des Caraïbes fait politiquement et constitutionnellement partie de la France. La Martinique est une île essentiellement agricole dont la population, métissée, compte 400 000 habitants. Comme les autres îles des Caraïbes, elle a connu les horreurs du colonialisme et de l’esclavage ; mais alors que la plupart des Antilles britanniques ont cherché leur propre voie vers l’indépendance, la Martinique, avec sa sœur la Guadeloupe, a été absorbée politiquement et économiquement par la France en tant que département d’outre-mer et région de la République.

La première impression que les visiteurs ont de l’île est celle d’une France tropicale : entre les plages bordées de palmiers, les plantations de bananes à flanc de colline, les vallées d’ananas et les montagnes volcaniques, l’essence de notre beau pays se retrouve dans les boulangeries, les cafés sur les trottoirs, les mobylettes bruyantes, les hypermarchés et les boutiques parisiennes de la capitale, Fort-de-France.

Une île montagneuse

Cette île montagneuse de 1 085 km² (65 km dans sa plus grande longueur et 31 km dans sa plus grande largeur) s’élève progressivement depuis le littoral et culmine de façon spectaculaire, au nord, avec la Montagne Pelée (1397 m), un volcan aujourd’hui en sommeil qui est entré en éruption pour la dernière fois en 1902. La Pelée est reliée aux autres montagnes par une série de collines plus douces, ou mornes.

Lieux à visiter en Martinique

Bibliothèque Schoelcher

Dans la capitale, Fort-de-France, la magnifique Bibliothèque Schoelcher est un bâtiment baroque coloré, fou de tuiles romaines, égyptiennes et majoliques, qui porte le nom de l’homme responsable de l’abolition définitive de l’esclavage dans les Antilles françaises. La bibliothèque contient la collection privée de livres de l’abolitionniste Schoelcher et accueille souvent des expositions. Conçue par Henri Picq, un contemporain de Gustav Eiffel, elle a été construite en métal à Paris en 1887, puis expédiée en Martinique pièce par pièce.

Gorges de la Falaise

Une série de canyons impressionnants et de chutes d’eau spectaculaires dans la forêt, avec des lianes et des fougères en surplomb. Louez une petite voiture avec Thrifty Antilles Prenez un maillot de bain et des chaussures avec une bonne adhérence qui peuvent être mouillées. C’est aussi l’un des nombreux endroits où l’on peut faire du canyoning le long des rivières qui descendent de la montagne Pelée et qui creusent des gorges en descendant vers la mer (contacter le Bureau de la Randonnée et du Canyoning, tél : 596-596 550 479 ; http://bureau-rando-martinique.com).

Musée de la Pagerie

Un panneau métallique rouillé indique le chemin du musée, qui marque le lieu de naissance de l’impératrice Joséphine : Marie-Josèphe Rose Tascher de la Pagerie, rebaptisée plus tard Joséphine par son célèbre second mari, a quitté la Martinique pour Paris en 1779 pour épouser le vicomte de Beauharnais. En 1796, 2 ans après la mort du vicomte par guillotine pendant la Révolution française, elle épouse Napoléon Bonaparte.

Jardin de Balata (Jardin botanique de Balata)

Au meilleur de leur forme, après la saison des pluies, ces jardins présentent une étonnante collection d’anthuriums, d’arbres et d’arbustes exotiques. Des colibris aux allures de bijoux volent parmi les fleurs, tandis que des lézards se faufilent le long des sentiers. À proximité, l’église du Sacré-Cœur, une réplique plus petite mais presque exacte de l’original parisien, se dresse parmi les feuillages tropicaux et les vues spectaculaires sur les montagnes.

St-Pierre et le Musée Vulcanologique (Volcanological Museum)

Si vous n’avez que 7 jours sur place, c’est un incontournable, le lieu le plus évocateur de la Martinique : la ville de St-Pierre, située sous le volcan de la Montagne Pelée. En mai 1902, ce volcan est entré en éruption, tuant tous les 30 000 habitants de la ville sauf un et dévastant ce qui était connu comme le « Paris des Antilles ». De nombreuses ruines de cet endroit sophistiqué et amusant, comme son grand théâtre et son église principale, sont restées intactes pendant plus d’un siècle. Une nouvelle ville s’est développée parmi les décombres de l’ancienne, et il y a des cafés et des restaurants pour rafraîchir le visiteur curieux. Bien que le souvenir de l’éruption soit poignant, St-Pierre n’est pas un endroit lugubre. Le musée vulcanologique présente des images et des objets datant d’avant et d’après le cataclysme, montrant la férocité de l’éruption de la Montagne Pelée et expliquant comment la science moderne a rendu impossible une répétition de la catastrophe.

Les derniers articles par Pe (tout voir)

Pe

Passionné de voyages, je vous livre mes carnets de voyages pour vous aider à vivre des moments inoubliables comme j'ai eu la chance d'en vivre.